Contact 

Pourquoi la posture autonome et responsable est-elle un must have en entreprise ?

Posté le 13 avril 2022

Lorsque l’on parle d’autonomie et de responsabilité, on parle avant tout de la posture attendue en entreprise : la posture d’adulte. Elle n’est pas si simple à adopter mais une fois qu’elle l’est, c’est la panacée. On vous explique pourquoi.

Avant de détailler point par point les bénéfices d’une posture autonome et responsable, revenons aux différentes postures existantes dans l’entreprise (et dans la vie tout court). 

1. La posture de dépendance

C’est une phase de soumission à l’autre. L’autre est responsable des choix, des actions

et des résultats de la personne dépendante. C’est le stade du bébé, dépendant de ses parents pour se nourrir, se laver, se vêtir….

Il peut s’agir d’un collaborateur junior récemment embauché. Il doit s’adapter à l’entreprise (ses codes, les méthodes de travail, les fonctionnements…)

2. La posture de contre dépendance

Cette phase est celle de la rébellion, du rejet en bloc de ceux dont la personne était dépendante. Elle se caractérise par la colère, l’hostilité. 

Le moment où ce même jeune embauché prend ses premières responsabilités et se positionne comme « sachant mieux que les seniors qui ne connaissent rien aux nouvelles méthodes et techniques »… C’est un peu l’ado, qui se rebelle et qui trouve qu’on ne comprend rien.

3. La posture d’indépendance

C’est la phase durant laquelle la personne est responsable de ses choix, ses actions

et ses résultats. Le jeune adulte pourra prendre son indépendance en ne partageant plus ses expériences avec ses parents.

Le jeune embauché est devenu compétent et peut faire l’expérience de son poste sans ressentir le besoin de partager ses expériences avec ses collègues ni de les solliciter pour obtenir leurs points de vue, leur expertise. Les personnes indépendantes sont de bons travailleurs, mais ne sont pas des leaders !

4. La posture d’interdépendance

L’interdépendance est la phase du « nous ». Nous combinons nos talents et nos capacités pour créer quelque chose d’encore mieux. C’est une phase de maturité avancée. Le jeune adulte interdépendant reconnaît qu’il a besoin de donner et de recevoir. Il partage ses difficultés et ses réussites avec ses parents et ensemble, ils apportent des solutions et construisent des projets.

Le collaborateur réalise qu’il peut s’appuyer sur la réflexion des autres en complément de la sienne. Il a l’esprit d’équipe et sait s’appuyer sur les compétences et les talents de ses collègues. Il sait partager ses difficultés, demander de l’aide, alerter, nommer clairement ce dont il a besoin en prenant en compte ces parties prenantes au quotidien #Interdependance

C’est LA posture attendue en entreprise, le graal en quelque sorte ! Mais il serait illusoire de penser qu’une fois atteinte, on y reste pour toujours. Non. Il est tout à fait normal de revenir parfois à certaines postures. Le but étant de s’en apercevoir, d’une part, et de tout faire pour tendre vers l’interdépendance d’autre part. d’interdépendance qui est la posture adulte attendue en entreprise. 

Une fois cette posture adoptée (et c’est le fruit d’un long apprentissage), vous récoltez de nombreux bénéfices !

Les bénéfices d’une posture autonome & responsable

Vous gagnez de l’énergie

En tant que manager ou DG, vous n’avez plus à surveiller votre collaborateur, à vérifier que ses tâches sont faites en temps et en heure, à recadrer… Tout “roule”. Vous savez qu’il vous alerte en cas de besoin, qu’il sait prendre en compte ses parties prenantes. Résultat : vous lâchez prise et gagnez en énergie !

Vous gagnez du temps

Puisque vous n’êtes plus “derrière le dos” de votre collaborateur, vous gagnez du temps. Un temps qui peut être mis à profit ailleurs. Que ce soit pour accompagner d’autres personnes de l’équipe, pour développer l’entreprise, pour vous former…

Vous gagnez de l’argent

C’est la conséquence de ce que l’on vient de se dire. Si vous gagnez du temps, vous gagnez forcément de l’argent. Le temps que vous avez gagné en ayant un collaborateur autonome et responsable peut se valoriser. Et cette somme peut être investie ailleurs.

Vos collaborateurs construisent plus rapidement

Votre collaborateur sait nommer ses besoins. Par exemple, à la sortie d’une réunion, au lieu de dire “c’était nul, j’ai perdu mon temps”, il peut exprimer en amont : “j’ai vraiment besoin que l’on soit efficace et qu’on ne digresse pas”. Résultat : il fait progresser la réunion et en ressort avec ce dont il avait besoin.

Autre point, il est en mesure de faire des propositions quand quelque chose ne lui convient pas. C’est le principe de la “tension/proposition”. Le collaborateur exprime ce qui l’ennuie et propose une ou plusieurs solutions. Il est alors contributeur (et non râleur) et construit son projet plus rapidement. Il ne reste pas dans son coin à râler. Le salarié apporte ainsi sa pierre à l’édifice pour faire avancer les choses.

Les relations sont fluidifiées

Lorsque vous développez l’interdépendance en entreprise, vous prenez le temps d’identifier les parties prenantes dans vos actions et vos décisions. Cela vous amène à prendre de la hauteur sur vous-même et les autres ! Ainsi, avant de râler sur votre collègue parce qu’il ne vous rend pas les dossiers à l’heure, vous allez possiblement vous interroger en vous demandant : “et moi, est-ce que je l’aide suffisamment à m’aider ?” 😉 (et vous vous rendez compte que si votre collègue ne vous rend pas les dossiers à l’heure, c’est peut-être parce que vous lui donnez vous aussi les infos en retard).

Grâce à cette notion d’interdépendance, les Hommes de l’entreprise prennent en compte la réalité de leurs collègues. Les tensions s’éloignent car chacun a davantage en tête le quotidien et les impératifs de l’autre. Ils peuvent alors mettre en place des actions qui font lien entre leurs postes. Les relations sont alors apaisées. On va plus vite et plus loin !

Être autonome et responsable, ça s’apprend ! Faites vous accompagner sur le sujet ! Contactez Marie-Aude : marie-aude.tran@valeursetvaleur.com